Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 15:59

Des enfants dansent pour faire la paix

Ils ont entre 8 et 14 ans, sont de religion et de peuples différents, mais ils apprennent à danser ensemble.
Le documentaire Dancing in Jaffa, en salles à partir du 2 avril 2014, suit la rencontre de 150 élèves Israéliens et Palestiniens venant de 5 écoles à Jaffa, en Israël (Moyen-Orient).

Tango, merengue, rumba, rock...
Tous les styles de danse sont présents dans les cours de « Monsieur Pierre ». Pierre Dulaine est quadruple champion du monde de danses de salon et professeur de cette discipline. Né à Jaffa en 1944 d'une mère palestinienne et d'un père irlandais, cet homme a eu une envie de revenir sur sa terre natale pour transmettre son savoir à des enfants. Mais surtout, d'essayer de rapprocher les Israéliens et les Palestiniens qui vivent à Jaffa. Car ces 2 peuples habitent dans la même ville, mais séparés les uns des autres, et ne se parlant jamais.
Pourquoi ?
Le peuple israélien (juif) et le peuple palestinien (musulman) s’affrontent presque depuis toujours pour vivre sur la même terre. Le professeur organise un concours de danse pour que tout le monde s'engage à faire le premier pas... vers l'autre.

Danser pour s'apprivoiser

Pierre Dulaine est allé dans 5 écoles proposer son idée. Si les directeurs et les professeurs ont tout de suite accepté, cela a effrayé certains parents d’élèves.
« Le plus compliqué a été de convaincre les parents palestiniens, car culturellement, les filles ne dansent pas avec des garçons, explique le professeur. Et en plus, le projet allait être filmé, ce qui ne se fait pas non plus ».

Le film suit surtout 3 ados. Noor vit seule avec sa maman convertie à l’Islam. Agressive et mal dans sa peau, la danse l’aide à aller mieux et à être plus amicale. Alaa, musulman, vit dans un quartier pauvre de Jaffa. Il danse avec Lois, une jeune Israélienne. « C’était un problème au départ de danser avec des filles, en plus des Juives, raconte Alaa. Mais on s’est rendu compte que les Israéliens ne sont pas différents de nous ». Pour Lois, l'expérience a demandé plus de temps : « Au début, mes copines ne voulaient pas danser avec des Arabes.Certaines n'avaient même jamais de leur vie parlé à l'un d'eux ». Malgré toutes les difficultés des premiers instants, ces enfants sont devenus amis pendant le tournage. « J'espère que lorsqu’ils deviendront parents, ils apprendront à leur tour à leurs enfants la tolérance et le respect de l’autre. Je crois sincèrement que le monde peut s’améliorer grâce à eux », ajoute Pierre Dulaine.

« On n’a pas la même religion mais on aime tous la danse ! » (Pierre Dulaine)

Pourquoi avoir choisi la danse pour rapprocher ces enfants ? La danse, c'est avant tout une question de respect et de confiance, selon Pierre Dulaine. « Quand tu touches quelqu’un pour danser, ça permet de le ou la connaître différemment, de le ou la voir comme un être humain, et pas comme un ennemi. Avec la musique, les pas à respecter, je dois faire confiance à mon partenaire pour réussir. C’est un moyen formidable pour rencontrer et apprendre à connaître les autres. Et lorsque vous apprenez à connaître votre partenaire, vous finissez par le respecter », conclut Pierre Dulaine.

 

Lise Le Fanu  

Education.francetv.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Joëlle - Cours de morale - dans Racisme-Relig-Tolérance
commenter cet article

commentaires

En Quelques Mots ...

  • : Réflexion et recherche sur le cours de morale non confessionnelle de l'enseignement primaire
  • : A la recherche de pistes pour alimenter les pratiques du cours de morale non confessionnelle dans l'enseignement primaire...
  • Contact