Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 20:08

Irena Sendlerowa (Irena Sendler), née Krzyżanowska (15 février 1910 à Varsovie - 12 mai 2008 à Varsovie),
était une résistante et militante polonaise, Juste parmi les nations.


Lu sur Facebook


File:Irena Sendlerowa 1942.jpg

REGARDEZ CETTE FEMME! NE L'OUBLIEZ JAMAIS. 

Irena Sendler. Récemment décédée à 98 ans.
Elle demanda ...pendant la 2ème guerre mondiale à aller travailler dans le Ghetto de Varsovie, comme plombier, serrurier.
Elle avait une motivation bien particulière.   

Elle connaissait les plans d'extermination des nazis envers les juifs, elle était allemande.                    
Irena a caché des enfants dans le fond de sa boite à outils qu'elle transportait à l'arrière de son véhicule ainsi qu'un grand sac (pour les enfants plus grands)
Elle avait aussi un chien à l'arrière qu'elle a entrainé à aboyer quand les soldats allemands la contrôlait à l'entrée et à la sortie du ghetto. Les soldats ne pouvaient rien contre le chien qui couvrit en fait le bruit que pouvait faire les enfants.
Elle sauva 2500 enfants en les cachant ainsi.
Elle fut arrêtée et les nazis lui brisèrent les jambes, les bras et la torturèrent très sévèrement. Irena garda tous les noms des enfants qu'elle avait fait partir du Ghetto et garda ces noms dans une jarre en verre enterrée derrière un arbre au fond de son jardin derrière sa maison.
Après la guerre, elle essaya de localiser tous les parents qui avaient pu survivre et tenta de réunir les familles; mais la plupart avaient été gazés.
Les enfants qui avaient été sauvés ont été placés dans des familles d'accueil ou ont été adoptés.
L'année dernière elle a été proposée pour le prix Nobel de la Paix, mais n'a pas été retenue; c'est Al Gore qui fut primé pour son film sur le réchauffement de la planète.
En sa mémoire 63 ans plus tard, je participe à cet anniversaire, très modestement en faisant suivre ce message.  

-----------------------------------------------------------------------------

Infos Wikipédia

Dès les premiers jours de l’occupation allemande, elle commence à travailler au Département de l’Aide Sociale à la mairie de Varsovie où elle organise l’aide aux pauvres. Dans la section d’aide à l’enfant, un groupe clandestin (sous la direction de l’écrivain Jan Dobraczyński) se forme pour venir en aide aux enfants abandonnés qui sont légion à Varsovie après 1939.

Cette aide concerne aussi les enfants sortis clandestinement du ghetto. Certains de ces enfants se sont enfuis par un trou dans le mur du ghetto, d’autres ont été sortis dans des camions de pompiers, des ambulances, sous les ordures… Le groupe prépare des faux papiers (certificats de naissance, enquêtes familiales) pour placer les enfants dans les orphelinats ou familles d’accueil.

Le gouvernement polonais en exil à Londres s’est chargé d’envoyer des fonds et créa Żegota, une Commission clandestine d’aide aux Juifs. L’action de Jolanta (nom de clandestinité d’Irena) est souvent liée à Żegota alors que ce mouvement n’a vu le jour qu’en septembre 1942[2] ; Irena et ses collègues opéraient depuis trois ans déjà. La Commission et l’argent qui venait de Londres via les canaux clandestins sont néanmoins arrivés au moment où la vie de plusieurs milliers de personnes cachées du côté « aryen » était en jeu. Bien que les Allemands aient commencé à regarder de plus près les dépenses du Département de l’Aide Sociale - une menace planait sur le groupe - les fonds ainsi alloués par la structure clandestine du gouvernement polonais en exil, ont permis de continuer l’action en contournant les contrôles entrepris à la mairie.

En décembre 1942, la Commission d’aide aux Juifs la nomme chef du département de l’enfance. Elle organise le passage clandestin des enfants du Ghetto vers les familles et les institutions à Varsovie, Turkowice et Chotomów (près de Varsovie)[2]. Le 20 octobre 1943, elle est arrêtée par la Gestapo et emmenée à la prison de Pawiak ; malgré les tortures qui la laissèrent infirme à vie, elle n’avouera rien sur son réseau ; elle est condamnée à mort[2]. Żegota réussit à la sauver en achetant les gardiens de la prison.

C'est en 1999 que son histoire a commencé à être connue grâce à quatre jeunes étudiantes et leur professeur Norman de la ville d'Uniontown au Kansas. Ils travaillaient sur un projet de fin d'études concernant les héros de la Shoah.
Lors de leurs recherches, elles ne trouvèrent que peu d'éléments sur Irèna, mais il y avait un chiffre surprenant, elle avait sauvé la vie de 2 500 enfants et elle aurait été âgée de 89 ans. A leur grande surprise, elles ne trouvèrent pas trace de sa tombe, pour la bonne raison qu'elle était encore en vie.

File:2005.02.13. Irena Sendlerowa Foto Mariusz Kubik 01.JPG


Les élèves réalisèrent une pièce de théâtre intitulée Life in a jar en souvenir des petits papiers dans un bocal de verre, sur lesquels Irèna avait écrit les noms des enfants et ceux de leurs familles d'accueil, et qu'elle avait cachés précieusement pour permettre aux enfants de retrouver leurs vraies identités après la guerre. Cette pièce de théâtre qui a retenu l'attention internationale et a été présentée plus de 200 fois aux USA, au Canada et en Pologne et finit par donner naissance à une Fondation du même nom. C'est à l'instigation de cette Fondation, conjointement avec l'association polonaise Enfants de l'Holocauste que fut créé le Prix Irèna Sendler, « Pour la Réparation du Monde », ce Prix, destiné aux enseignants et instituteurs qui enseignent le respect et la tolérance, est décerné chaque année à deux personnes, l'une aux États-Unis et l'autre en Pologne.
Ces quatre étudiantes eurent la chance de se rendre en Pologne pour rencontrer Irèna Sendler qui fut très heureuse de faire leur connaissance. Au total, elle a contribué au sauvetage d’environ 2 500 enfants juifs.
Après la guerre, elle a transmis la liste des noms et des familles d’accueil qu’elle a remis à Adolf Berman, le président du Comité Juif en Pologne. Grâce à cette liste, les membres du comité ont réussi à retrouver environ 2 000 enfants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Joëlle - Cours de morale - dans Témoins-citations-pensées-personnages clefs
commenter cet article

commentaires

Mike-Smul 27/02/2013 23:54

Le Prix Nobel

Mondialement connu, le prix Nobel n’est certainement plus un nouveau mot. Ayant récompensé de nombreuses personnalités, le prix Nobel reste une source d’inspiration pour des chercheurs et de
grandes personnalités soucieux d’aider l’humanité. Pour une meilleure compréhension des conditions d’attribution de ce grand prix, il est important de le définir.
Qu’est ce que le prix Nobel ?

Décerné chaque année à Stockholm, en Suède, le prix Nobel revient à des scientifiques, à des politiciens et à toute personne ayant grandement participé à l’amélioration de l’humanité. Ce prix donne
droit à un montant de un million d’euros destinés à encourager les lauréats dans leur recherche. Création littéraire, découverte scientifique, acte de paix, les conditions d’attribution du Prix
Nobel concernent tous les secteurs. Existant depuis plus d’un siècle, le prix Nobel a reçu son nom du fameux scientifique suédois Alfred Nobel.
Qui était Alfred Nobel?

Chimiste suédois connu pour avoir créé la dynamite, Alfred Nobel dédie la totalité de sa fortune à la mise en place d’une institution reconnaissant les plus importantes inventions de l’humanité.
Propriétaire d’une grande entreprise d’armement, il aura également donné son nom à un élément chimique le nobélium. N’ayant pas eu d’enfants, l’important legs de ce scientifique suédois a permis de
mettre en place la fondation dédiée à la reconnaissance des...lire la suite http://stockholm.fr/le-prix-nobel/

En Quelques Mots ...

  • : Réflexion et recherche sur le cours de morale non confessionnelle de l'enseignement primaire
  • : A la recherche de pistes pour alimenter les pratiques du cours de morale non confessionnelle dans l'enseignement primaire...
  • Contact